Ce n'est seulement plus une promesse, l'augmentation des capacités d'accueil en milieu scolaire, annoncée par le Distingué Militant. En effet, la construction des 30.000 salles de classe inscrite au cœur de l'ambition 2 de la feuille de route gouvernementale, entre dans son processus de mise en œuvre. Un vaste projet dont l'objectif est d'améliorer la qualité de l’éducation. Subdivisé en 03 phases, le projet a connu le lancement de sa phase 1 ce lundi par le Ministre des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat.


Lancée sur le budget propre du ministère, cette phase permettra de construire et de réhabiliter 130 salles de classe, 19 bureaux et 19 magasins. En détail, il s'agit de 40 établissements scolaires prioritaires pour un besoin en construction de 45 salles de classe, 7 bureaux et 7 magasins, puis un besoin en réhabilitation de 85 salles de classe, 12 bureaux et 12 magasins.

Lire également / LANCEMENT DE LA CONSTRUCTION DE 30.000 SALLES DE CLASSES : LE DISTINGUÉ MILITANT ENGAGÉ POUR UNE ÉDUCATION DE QUALITÉ

La seconde phase, elle prend en compte aussi la construction de salles de classe avec bureaux et magasins. Mais la facture des travaux sera prise en compte par les partenaires au développement grâce à 3 principaux projets à savoir le Projet d’Amélioration de la Qualité et de l’Équité de l’Éducation de Base (PAQUEEB), le Projet d’Amélioration de l’Accès-Equité et de la Qualité de l’Education au Togo (PAQUET) et la phase 2 du Projet d’Appui à la Réforme des Collèges (PAREC2).



La troisième phase, celle de la systématisation se fera par un mécanisme de financement innovant dans un partenariat public-privé. "Ces constructions, nous permettrons de gagner 20 % du temps d'apprentissage entre temps perdus avec les impacts des intempéries enregistrées à partir du mois d'avril au cours de l'année scolaire...Ce projet vient alors améliorer la qualité de l'éducation" a dit Akpawu DONUDENU, directeur régional de l'éducation. "Nous sommes très contents du lancement de la construction ce jour d'un bâtiment scolaire dans notre établissement. Nous remercions le président de la République pour ce geste à notre endroit", a salué Fatima ADAMOU, élève en classe de seconde au Lycée de Goubi.

Lire également / Éducation : Une salle de conférence moderne pour le Lycée de Kpodzi

Conscient de l’importance de la qualité de l’éducation pour le développement, et en particulier pour réduire la pauvreté, Faure Gnassingbé a accéléré la marche du progrès scolaire avec un nouveau paradigme : la gratuité de la scolarité au primaire, la gratuité de l'inscription et des frais aux examens, les repas scolaires, la protection sociale, la réduction des inégalités avec une parité entre les filles et les garçons... La construction de ces 30.000 salles de classe s'annonce comme l'une des dernières phases de l'ambition 2 de l'axe stratégique 1 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 : offrir une éducation accessible au grand nombre et en phase avec le marché du travail. Somme toute, "quand l'école va bien, tout va bien ! " a conclu Komla Dodzi KOKOROKO.

 

Pour l'année 2022, le gouvernement table sur un budget en hausse de 15,7% par rapport à l’exercice actuel. Dans le texte adopté vendredi dernier en conseil des ministres, 1.760 milliards de francs CFA sont prévus en ressources et en charges.

Jugé réaliste dans un contexte de reprise des activités économiques avec la pandémie de Covid-19 et respectueux des engagements du Distingué Militant, ce projet de budget est à forte teneur sociale. En vue de poursuivre et de renforcer l'inclusion des populations, la part relative des dépenses sociales dans cet avant-projet est de 46,6%.

Précisément, 493,3 milliards FCFA seront alloués au social contre 445,1 milliards FCFA dans le budget 2021, soit une hausse de 10,8%. L'inclusion et la protection sociale des populations a toujours été un idéal majeur pour Faure E. Gnassingbé. Somme toute, le bien-être des togolais. Dans le détail donc, 91,7 milliards FCFA seront alloués au secteur de la santé soit 7% du montant alloué aux ministères et aux institutions. Ce montant permettra dans un premier temps de garantir la couverture santé universelle et l'accès à tous les services sanitaires. Dans un second temps, tous les actes de santé dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 seront poursuivis avec la réhabilitation, la construction et l'équipement des structures sanitaires.

Lire également / Togo : le Parlement a adopté le Projet de Loi de Finances rectificative exercice 2021

Par contre, pour des actions à fort impact dans le domaine de l'emploi des jeunes, de l'amélioration de l'inclusion financière, de la mise en place d’un registre social des personnes et des ménages, de la poursuite des filets sociaux au profit des communautés à la base et de l’accès à l’eau potable, une allocation de 70 milliards FCFA est prévue pour l'année prochaine.

D'autres actions bénéficient également de l'attention du Premier Militant et de son gouvernement. C'est le cas du secteur des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat et de celui de l’enseignement supérieur. 151,6 et 40,9 milliards FCFA, soit près de 15% des montants alloués aux ministères et institutions leur seront respectivement accordés pour assurer "le renforcement des infrastructures scolaires, la mise en place des centres d’excellence et des Instituts de formation en alternance pour le développement (IFAD)", selon le communiqué du conseil des ministres.



Malgré l'impact de la pandémie de Covid-19, les secteurs sociaux au Togo ne connaissent pas la crise. Et cela tient de la promesse chaque fois tenue du Premier Militant d’améliorer la qualité de vie des populations en particulier de celles vivant dans les milieux ruraux et périurbains afin de réduire les inégalités et les disparités sociales. Car, en plus de renforcer leur résilience, l'accès aux services sociaux leur donne la capacité d’être des acteurs économiques au service de leur propre développement. "Notre ambition est d’intensifier et d’accélérer les actions afin qu’aucun togolais ne soit laissé de côté", s'était-il engagé.

 

L’éducation est la priorité première du Grand Militant SEM Faure Essozimna Gnassingbé car c’est un droit humain fondamental et la base pour construire la paix et faire progresser le développement durable. Il est prouvé que le capital humain est un facteur-clé de la croissance économique. Il est par ailleurs lié à toute une série d'avantages non économiques comme l'amélioration de la santé et celle du bien-être.

Ces dernières années, le gouvernement ne cesse donc de jouer sa partition. A travers des actions concrètes, le gouvernement insiste sur l’amélioration continue des conditions d’études des apprenants et de travail des encadreurs. C’est dire qu’au Togo, s’il y a bel et bien un secteur qui bénéficie depuis 2005 d’un traitement particulier du gouvernement, c’est bien celui de l’éducation.

Les mesures ciblant le corps enseignant

Plusieurs avantages sont notamment accordés au corps enseignant : la revalorisation des salaires, l’instauration et le payement de primes de même que la création d’une coopérative d’épargne et de crédit des enseignants du Togo. Toujours au profit de ces derniers, la construction de 5 nouvelles Ecoles Normales des Instituteurs (ENI), la formation initiale obligatoire des enseignants principalement dans le primaire depuis 2010, la reprise du recrutement des élèves-maîtres et la formation continue des enseignants, professeurs et autres directeurs d’établissement.



Revenons sur la situation salariale des enseignants. Les enseignants du préscolaire et du primaire sont désormais mieux payés.  Au niveau du secondaire, une augmentation de 70% pour début de carrière et plus de 80% pour la fin, a été mise en œuvre en 10 ans. Le salaire de base, primes et indemnités d’un professeur titulaire qui étaient en début de carrière de 560 476 FCFA, passent aujourd’hui à 1 636 316 FCFA, soit une augmentation de 254% pour le salaire de base et 99% pour les primes et indemnités.

En ce qui concerne l’année scolaire en cours, le gouvernement a procédé au recrutement de nouveaux enseignants. A ce niveau, il est important de retenir que selon les indicateurs de 2019-2020, le nombre global des enseignants est estimé à 41685 dont 34411 hommes et 7274 femmes. Une part importante de l’effectif des agents d’Etat.

Autres mesures au profit du secteur de d’éducation

En plus des mesures de gratuité, de protection sociale à travers School Assur et les cantines scolaires, le gouvernement a construit environ 20 000 salles de classes en 10 ans. Et pour la prochaine décennie, il est prévu la construction de 25 000 nouvelles salles de classes, trois collèges universitaires régionaux d’enseignement supérieur, et des structures d’apprentissage et de formation pratique et professionnelle dans toutes les préfectures. Le programme de création des IFAD sera étendu à d’autres secteurs.

Lire également / Les enfants togolais : la priorité du Chef de l'Etat

Atteindre l'indépendance énergétique du Togo d'ici 2030, telle est l'une des priorités majeures du Distingué militant Faure Gnassingbé. Avec l’appui donc des partenaires au développement, il s’est engagé  à électrifier tout le pays et surtout les zones rurales où le taux d'électrification est le plus bas. Comme le dit d'ailleurs l'axiome " sans électricité pas de développement ", pour le Premier militant le développement passe aussi par une éducation de qualité.


La politique d’électrification du Togo se traduit en partie par le partenariat avec la GIZ sur le projet ProEnergie II. Couvrant une période de trois ans (2020-2023), le ProEnergie II vise  à pallier à la faiblesse de la couverture électrique dans les milieux reculés en prévoyant un accès universel à l’électricité d’ici 2030 au Togo. Pour accroître le taux d’électrification surtout dans les zones rurales, le Distingué militant a lancé plusieurs projets notamment la construction de la centrale solaire photovoltaïque de Blitta et la mise en œuvre du projet CIZO depuis 2017.

Lire également / Promesse tenue : ‘’Togo Clothing Company’’ pour la promotion du textile togolais

Il faut retenir que le projet ProEnergie II est une suite de celui axé sur l’approvisionnement décentralisé en énergie  entre 2017 et 2020. Par l’accompagnement de la GIZ, l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies Renouvelables (AT2ER) et la Direction Générale de l’Energie (DGE) mettent les ressources nécessaires en œuvre pour l’application de cette politique nationale d’électrification. L’énergie solaire reste ainsi un pilier majeur dans l’atteinte de cet objectif.



A travers ce projet, le gouvernement dans sa vision veut permettre à toutes les couches surtout les plus vulnérables d’avoir accès à l’électricité qui est l’un des atouts majeurs pour l'atteinte des prévisions économiques, agricoles, sociales, sanitaires d’une part et l'amélioration de la qualité de l’éducation d’autre part.

 

La rentrée scolaire s'annonce toujours sous de meilleurs auspices pour les écoliers et élèves togolais. Comme la toute dernière. Considérant que les repas scolaires ont toujours été une bouée de secours pour les enfants, le Distingué Militant a fait de l'alimentation scolaire une priorité de son action de gouvernement.

Ce mardi en conseil des ministres, une communication a été présentée par le ministre du développement à la base, de la jeunesse et de l'emploi des jeunes. Il en ressort que selon les engagements pris par le Premier Militant du parti Unir, Faure Gnassingbé, 62% de l'objectif fixé à la fin du mandat sont atteints.

Lire également : Filets sociaux de base, les cantines scolaires

Selon les chiffres présentés en conseil des ministres, 475 écoles ont bénéficié pour le compte de l'année scolaire dernière du programme d'alimentation scolaire permettant à plus de 131 870 élèves de bénéficier d'un repas régulier, nutritif et en quantité suffisante. "Ces résultats ont été obtenus grâce à un apport supplémentaire de l'Etat de près de 980 millions de FCFA pour un montant cumulé de 2,1 milliards de FCFA", a précisé le compte-rendu du conseil des ministres.



Des enfants bien nourris et en bonne santé seront les meilleurs élèves de demain. Le Distingué Militant en est bien conscient. Malgré donc le retrait d'ailleurs prochain de la Banque Mondiale qui exécute avec l'Etat togolais ce programme, Faure Gnassingbé s'engage à un renforcement qui est une preuve de volonté politique. Dans les faits, rien qu'au cours de l'année académique 2021-2022, ce programme s'étendra à 65 nouvelles écoles avec la poursuite de la création des jardins potagers au sein des établissements. Ainsi, l'extension du programme permettra de couvrir 187.152 élèves soit 62% de l'objectif de 300.000 élèves bénéficiaires, tel que prévu par la feuille de route gouvernementale 2020-2025

Page 1 sur 2
© Copyright © 2021 UNIR | Design by ITPLEX